La procédure de CEC acceptée :

<<

w@z@

Membre d'honneur

Messages: 190

Inscription: Jeu 3 Sep 2009 07:05

Message Mer 30 Sep 2020 23:51

La procédure de CEC acceptée :

La Cour autorise la CEC à contester la décision de Nkhuwa de déclarer ses lignes de transport comme transporteur commun

La Cour d’appel a accordé à la Copperbelt Energy Corporation (CEC) l’autorisation d’engager une procédure de contrôle judiciaire devant la Haute Cour de Lusaka contre la décision du ministre de l’Énergie Matthew Nkhuwa de déclarer ses lignes de transport et de distribution comme transporteur commun.

Les juges de la Cour d’appel Mubanga Kondolo, Flavia Chishimba et Judy Zulu-Mulongoti ont ordonné que la procédure de contrôle judiciaire soit entendue devant un autre juge.

Le tribunal a toutefois refusé d’ordonner un sursis à l’exécution de la décision rendue dans l’attente d’une procédure de contrôle judiciaire.

En juin de cette année, le juge de la Haute Cour de Lusaka Mwape Bowa a refusé d’accorder à la CEC l’autorisation d’entamer une procédure de contrôle judiciaire pour contester ladite décision du ministre de l’Énergie.

La CEC avait demandé l’autorisation d’engager une procédure de contrôle judiciaire devant la Haute Cour de Lusaka contre la décision de Nkhuwa de déclarer ses lignes de transport et de distribution comme transporteur commun.

La CEC, qui a cité le procureur général et la Commission de régulation de l’énergie (ERB) comme intimés, demandait une déclaration selon laquelle la décision de Nkhuwa de déclarer ses lignes de transport et de distribution comme transporteur commun était illégale.

Elle voulait également contester la décision de la Commission de régulation de l’énergie du 31 mai 2020 de lui ordonner de facturer un tarif de 5,84 $US/kw/par mois.

La CEC souhaitait en outre une ordonnance d’annulation desdites décisions et une nouvelle ordonnance visant à empêcher Nkhuwa d’appliquer le SI no 57 de 2020, car elle était illégale.

Mais dans sa décision, le juge Bowa a refusé à la CEC l’autorisation d’entamer une procédure de contrôle judiciaire contre la décision de Nkhuwa et a ajouté que l’octroi à la CEC d’une ordonnance de suspension de la décision du ministre créerait deux décisions contradictoires de deux juges de la Haute Cour.

Il a toutefois déclaré que la CEC était libre de renouveler sa demande d’autorisation devant la Cour d’appel.

La CEC s’est ensuite adressée à la Cour d’appel par voie de renouvellement pour demander l’autorisation du tribunal d’engager une procédure de contrôle judiciaire qui a été refusée par la Haute Cour.

Et dans un jugement rendu par le juge Chishimba au nom des deux autres juges de la Cour d’appel, mardi, la Cour a déclaré qu’elle n’était pas à ce stade concernée par le bien-fondé de l’audience de fond du contrôle judiciaire réel ou de sa décision.

La Cour a dit qu’elle se préoccupait simplement de savoir si la CEC avait démontré au tribunal qu’elle avait une question défendable à régler à l’audience complète.

Le juge Chishimba a déclaré qu’il n’était pas en cause que les lignes de transport et de distribution de CEC aient été déclarées transporteurs communs et qu’ERB a imposé un tarif « temporel » avant que les parties puissent s’entendre.

« Le contexte de ce qui s’est passé avant la déclaration des lignes de la requérante (CEC) est indiqué plus tôt dans nos faits généraux dans le jugement et n’a pas besoin d’être rehashed sauf pour déclarer que KCM en liquidation devait et doit à la requérante une somme incontestée de plus de 144 millions de dollars EU. Une demande a été faite, suivie de l’intention de la requérante d’interrompre l’offre supplémentaire de la marchandise », a-t-elle déclaré.

La Cour a fait référence à une déclaration aux médias de la CEC datée du 29 mai 2020 selon laquelle elle cesserait à partir du 1er janvier 2020 de cesser l’approvisionnement en électricité de KCM en raison de l’encours de la dette de 132 millions de dollars EU, qui était prévue au 31 mai 2020 pour atteindre 143 millions de dollars EU.

« Le 29 mai 2020, si n°57 de 2020 a été publié par le ministre de l’Énergie, l’annexe stipulait que toutes les lignes de transport et de distribution exploitées par la CCE étaient déclarées transporteurs communs. Auparavant, certaines déclarations dans les médias auraient été faites ou attribuées au ministre de l’Énergie pour avertir le demandeur de ne pas débrancher l’approvisionnement de KCM », a déclaré le juge Chishimba.

Elle a dit que le tribunal était convaincu que la CEC avait atteint le seuil d’autorisation d’entamer une procédure de contrôle judiciaire.

Le juge Chishimba a déclaré qu’il semblait y avoir une preuve susceptible d’être susceptible d’être examinée de façon approfondie lors d’une audience de fond de la procédure de contrôle judiciaire visant à déterminer si les décisions assaillies avaient été effectivement ou procéduralement prises, ou rendues de mauvaise foi et pour des motifs inappropriés.

« Ous sommes d’avis que les documents consignés au dossier relativement à la demande renouvelée révèlent un cas défendable pouvant faire l’tien pour une enquête plus approfondie. Nous exerçons donc notre pouvoir discrétionnaire judiciaire en accordant au demandeur l’autorisation d’entamer une procédure de contrôle judiciaire devant le tribunal d’instance inférieure. Nous refusons toutefois d’ordonner un sursis à l’exécution de la décision prise dans l’attente d’une procédure de contrôle judiciaire », a-t-elle déclaré.

« Ayant accordé l’autorisation d’entamer une procédure de contrôle judiciaire, nous demandons donc que ladite procédure soit entendue devant un autre juge. Frais pour le demandeur d’être imposé en défaut de convention. »
<<

mbury

Messages: 1425

Inscription: Sam 19 Sep 2009 09:49

Localisation: Nord de l'Alsace, dans le Parc Régional des Vosges du nord

Message Jeu 1 Oct 2020 09:09

Re: La procédure de CEC acceptée :

w@z@ a écrit:La Cour autorise la CEC à contester la décision de Nkhuwa de déclarer ses lignes de transport comme transporteur commun

La Cour d’appel a accordéjudiciaire, nous demandons donc que ladite procédure soit entendue devant un autre juge. Frais pour le demandeur d’être imposé en défaut de convention. »

CEC n'a pas dit son dernier mot, paie de bons avocats et est une société qui n'est pas à la botte du GRZ
<<

w@z@

Membre d'honneur

Messages: 190

Inscription: Jeu 3 Sep 2009 07:05

Message Jeu 1 Oct 2020 11:31

Re: La procédure de CEC acceptée :

KCM doit maintenant 150 millions de dollars à la CEC en factures d’électricité impayées – Silavwe

KONKOLA Copper Mines Plc (KCM) doit maintenant à Copperbelt Energy Corporation (CEC) une facture d’électricité exceptionnelle de 150 millions de dollars américains, contre environ 144 millions de dollars américains à la fin de juin 2020.

Et Owen Silavwe, directeur général de cec, affirme que la CEC se porte actuellement « raisonnablement bien » parce qu’en dépit des défis continus auxquels elle continue de faire face avec KCM et Zesco Limited, les perspectives de croissance demeurent solides.

Dans le même temps, mutale Mukuka, directrice financière de la CEC, a annoncé que la compagnie d’électricité basée à Kitwe progressait bien avec la consolidation de son marché et sa poursuite de son expansion en République démocratique du Congo (RDC), ce qui a entraîné une augmentation de 25 % du volume des ventes l’an dernier.

Répondant aux questions des actionnaires de la CEC lors de l’assemblée générale annuelle virtuelle (AGA) de la société en direct de leurs bureaux de Kitwe, mercredi, Silavwe a révélé que KCM devait maintenant à la compagnie d’électricité 150 millions de dollars américains en factures d’électricité impayées, une situation qui restait problématique pour la performance opérationnelle de l’entreprise cette année.

CEC a enregistré une perte de près de 32,5 millions de dollars américains pour sa période semestrielle se terminant le 30 juin 2020, principalement en raison de l’incapacité de KCM à régler ses dettes envers la première.

Depuis l’expiration de son accord d’approvisionnement en électricité (PSA) avec la mine en mai, KCM, en liquidation provisoire, a insisté pour recevoir directement de l’électricité de Zesco en vertu d’un accord distinct, mais en payant un tarif plus bas.

« Tout d’abord, entre CEC et KCM, vraiment, il ne devrait pas y avoir de conflit parce que CEC a fourni de l’électricité à KCM, et KCM doit de l’argent à la CEC. Cependant, en tant qu’entreprise, nous ne pouvons pas déterminer comment KCM se comporte, et ce qui est important pour nous, c’est que nous avons fourni de l’énergie basée sur un document contractuellement contraignant, qui était le PSA. Et sur la base des obligations des parties, KCM doit de l’argent à la CEC. Donc, ce que l’on pourrait attendre dans une société décente, c’est que KCM devrait posséder et, s’ils ont des défis, ils viendraient à travers et expliquer quels sont les défis et comment ils voudraient CEC pour les aider. Ce n’est pas ce qui s’est passé, malheureusement. Par conséquent, en tant qu’entreprise, nous nous trouvons dans une situation où nous devons trouver des moyens et des moyens de résoudre cette question parce que, rappelez-vous, nous parlons de 145 millions de dollars américains, qui a maintenant grimpé à 150 millions de dollars américains et la grande majorité de cet argent appartient en fait à Zesco », a révélé Silavwe.

« Donc, idéalement, nous devrions être assis sur le même côté avec Zesco. Cependant, comme nous le savons tous, à l’heure actuelle, le gouvernement contrôle vraiment KCM et il pourrait y avoir quelques raisons impérieuses pour lesquelles Zesco dans ce cas ne serait pas pousser KCM à payer pour cet argent. Donc, de notre point de vue, en gros, nous demandons à KCM de s’acquitter de ses obligations. Je ne vois rien de mal avec CEC faire ce qu’il fait.

Il a également souligné que Zesco ne devrait pas non plus être en conflit avec la CEC et devrait travailler en harmonie pour régler les défis qui ont abouti à l’expiration de son Accord sur l’approvisionnement en vrac (ASB) le 31 mars 2020.

« Du côté de Zesco, nous avons eu le BSA avec Zesco, qui est tombé le 31 mars 2020. Encore une fois, il ne devrait pas y avoir de conflit entre la CEC et Zesco. Si Zesco n’est pas satisfait des termes de cet accord, c’est dans leur droit de dire : « Ils ne sont pas heureux » et nous allons tous en tant que partie à la négociation pour essayer de renégocier les termes de bonne foi. On ne s’attend pas à ce que Zesco, dont nous comprenons tous qu’il a une position dominante, essaie d’utiliser la position dominante pour forcer les conditions à n’importe quelle partie dans le secteur, pas seulement à la CEC, même s’il s’agit d’un client résidentiel, on ne s’attend pas à ce qu’ils forcent des conditions à ce client. C’est pourquoi il existe des garanties quant à la façon dont les intervenants du secteur sont censés se comporter. Donc, du point de vue de la CEC, nous pensons qu’avec tous ceux qui agissent de bonne foi, nous devrions être en mesure de résoudre ces questions », a-t-il dit.

D’autre part, Silavwe a déclaré que la CEC se portait actuellement « raisonnablement bien » en dépit des défis continus auxquels elle continuait de faire face avec KCM et Zesco, car les perspectives de croissance demeuraient solides.

« Maintenant, évidemment, les choses ont évolué; les accords que nous avions avec Zesco et KCM sont derrière nous. La grande question est la suivante : comment l’entreprise est-elle protégée? Et je pense qu’il est important que nous expliquions cela. À l’heure actuelle, à mon avis, l’entreprise se porte raisonnablement bien dans le sens où nous avons mis en place des arrangements qui devraient protéger la position commerciale de la CEC parce que le pouvoir que KCM consomme aujourd’hui provient de Zesco. Et dans ce scénario, la structure qui a généralement été examinée implique Zesco payer pour les services de transmission que LACE fournit, et puis, KCM payer pour ce qui est principalement considéré comme une sorte de « dernier mile » des services que la CEC leur fournit. Le défi que nous avons, c’est de mettre en place ces ententes. Toutefois, il suffit de dire que la situation commerciale est bien prise en compte pour le moment, et je pense que la priorité en 2020 est de mettre en place ces accords pour s’assurer que nous avons une position juridiquement contraignant », a déclaré Silavwe.

Pendant ce temps, Mukuka a déclaré aux actionnaires que CEC avait établi une base en RDC, alors que la société cherchait à développer son marché dans ce pays.

« À l’heure actuelle, l’opportunité est toujours là – nous avons des contrats à moyen terme avec un certain nombre de clients en RDC. Nous avons récemment adopté une stratégie pour la RDC; le MD a mentionné dans sa présentation que nous avons maintenant un bureau et le bureau est axé sur le marketing et la gestion des comptes, en s’engageant avec les clients là-bas. Donc, l’intention, vraiment, est de voir comment nous pouvons continuer à jouer un rôle dans ce marché. L’intention est de continuer à croître sur ce marché », a déclaré Mukuka.

Selon son rapport annuel 2019 publié avant l’AGA, la contribution totale de la CEC à l’économie zambienne a atteint un sommet de près de 2 milliards de dollars EU sur une période de cinq ans se terminant le 31 décembre 2019, les fournisseurs locaux ayant bénéficié le plus, recevant plus de 1,1 milliard de dollars américains entre 2015 et 2019.

« Notre création de valeur et notre contribution à l’économie au cours des cinq années examinées dépassent 1,9 milliard de dollars américains, la majorité de cette valeur, à 72 %, a contribué aux fournisseurs et aux entrepreneurs, le gouvernement zambien à 193,0 millions de dollars américains, nos employés dont nous sommes en mesure de fournir les services à nos clients pour un montant comptable de 102,0 millions de dollars américains, nos actionnaires ayant reçu 108,0 millions de dollars américains. 34,0 millions de dollars américains ont été envoyés à nos partenaires financiers, et notre contribution aux collectivités par le biais d’investissements sociaux s’élève à 9,0 millions de dollars américains », peut-on lire dans le rapport.
<<

mbury

Messages: 1425

Inscription: Sam 19 Sep 2009 09:49

Localisation: Nord de l'Alsace, dans le Parc Régional des Vosges du nord

Message Jeu 1 Oct 2020 15:15

Re: La procédure de CEC acceptée :

w@z@ a écrit:KCM doit maintenant 150 millions de dollars à la CEC en factures d’électricité impayées – Silavwe



« Notre création de valeur et notre contribution à l’économie au cours des cinq années examinées dépassent 1,9 milliard de dollars américains, la majorité de cette valeur, à 72 %, a contribué aux fournisseurs et aux entrepreneurs, le gouvernement zambien à 193,0 millions de dollars américains, nos employés dont nous sommes en mesure de fournir les services à nos clients pour un montant comptable de 102,0 millions de dollars américains, nos actionnaires ayant reçu 108,0 millions de dollars américains. 34,0 millions de dollars américains ont été envoyés à nos partenaires financiers, et notre contribution aux collectivités par le biais d’investissements sociaux s’élève à 9,0 millions de dollars américains », peut-on lire dans le rapport.


Pour résumer:
-KCM doit 140M$ à CEC... dont nous sommes un gros actionnaire (mais sans dividende cette année à cause de KCM)...
-Zesco doit qqs 240M$ à Maamba, dont nous sommes actionnaires à hauteur de 35 %... donc pas de dividende à cause de Zesco...
Je laisse le soin à chacun d'évaluer combien de dividendes nous ne toucherons pas à cause du GRZ qui, dès qu'il y met sa patte, tout disfonctionne car ses hauts fonctionnaires, ministres et amis se "servent" sur la bête...la Zambie, un pays pillé et ruiné par ses "élites"

Retourner vers About Copperbelt Energy Corporation CEC

cron
Powered by phpBB - Designed by Vjacheslav Trushkin for Free Forums/DivisionCore - Traduction par: phpBB-fr.com