Message Mer 31 Mar 2021 22:10

KCM abroge la Loi sur l'électricité en refusant de nous pay

KONKOLA Copper Mines Plc (KCM) reçoit toujours de l’électricité de la Copperbelt Energy Corporation (CEC) sans payer pour le produit, contrairement à la Loi sur l’électricité, dit mutale Mukuka, directeur financier de la CEC.

Et Mukuka affirme que les affirmations selon laquelle les tarifs d’électricité du service public sont trois fois plus élevés que ce que l’Office de régulation de l’énergie (ERB) autorise ne sont pas vraies, expliquant que la structure tarifaire de la CCE relève des paramètres acceptables de la Loi.

Dans une interview, Mukuka a révélé que KCM ne payait toujours pas sa facture d’électricité énorme due à la compagnie d’électricité basée à Kitwe, qui avait maintenant glissé de plus de 155 millions de dollars américains à la fin du premier trimestre de cette année, bien qu’elle continue de recevoir le produit dans sa mine souterraine.

« Ils ont refusé de signer un accord avec nous. Maintenant, la Loi sur l’électricité prévoit en fait qu’un tel accord devrait être en place, de sorte qu’ils sont en train d’abroger sur ce que la loi prévoit. Ils n’ont pas d’entente avec nous, ils veulent simplement des services sans entente, et puis il y a une dette, qui, en plus de l’ancienne dette, il y a ces services qui sont fournis; nous sommes en facturation et parce qu’ils ne veulent pas d’accord, ils ne paient même pas pour cela », a révélé Mukuka.

« Ils ne paient pas pour les services que nous fournissons parce que ce sont nos fils; ils sont connectés à notre réseau, à notre réseau et nous avons continué d’avoir une équipe d’hommes pour nous assurer qu’il y a un approvisionnement continu en électricité parce que c’est une mine souterraine. Donc, tous les services qu’ils obtiennent à la queue qu’ils ne paient pas parce que nous n’avons pas non plus d’entente, ils ont refusé de signer une entente. À l’heure actuelle, il s’agit d’environ 156 millions de dollars AMÉRICAINS, mais il y a deux composantes à cela, le montant est en hausse de deux choses: la première est qu’il y a des intérêts facturés sur l’ancienne dette, et ensuite, un petit montant relatif aux services en aval fournis. Ainsi, le montant est en hausse d’environ 1 million de dollars américains à 1,5 million de dollars américains par mois – une combinaison d’intérêts et de services.

Lorsqu’on lui a demandé quel recours le service public chercherait maintenant à corriger le non-paiement de la facture d’électricité croissante, Mukuka a déclaré que l’entreprise faisait toujours pression pour une solution mutuellement acceptable, mais n’a pas exclu la perspective d’un litige.

« À l’heure actuelle, notre priorité avant était d’essayer de s’engager (eux). Vous espérez que tout le monde sur la table sera raisonnable; vous pouvez engager, discuter et trouver une solution qui fonctionne. Mais si tout cela échoue, cela signifie que la seule option que vous avez sur la table est de demander un recours juridique. Donc, certainement, avec ce que nous allons faire, ce sera la prochaine ligne de conduite », a-t-il répondu.

« Nous sommes en affaires, nous devons fournir un service et quelqu’un devrait payer pour cela; c’est quelque chose qui doit être abordé le plus tôt possible.

Et il a expliqué que les tarifs d’électricité de la CEC n’étaient pas trois fois plus élevés que ce que l’ERB autorise, contrairement à une idée fausse, car sa structure tarifaire resserre dans la Loi sur l’électricité.

En vertu de la Loi sur l’électricité no 11 de 2019, l’article 34, paragraphe 3, un titulaire de permis ne doit pas facturer à un consommateur un tarif de détail supérieur au tarif de détail approuvé par l’ERB.

À l’article 35, sous-section 1, un titulaire qui a l’intention de modifier un tarif de détail s’applique à l’ERB de la manière prescrite et de la forme prescrite, tandis qu’à l’article 2, l’ERB doit, en examinant une demande en vertu de l’article (1) pour modifier un tarif de détail, tenir compte — a) de la quantité d’électricité consommée; b) l’uniformité ou la régularité de la demande; c) le moment où ou pendant lequel l’électricité est nécessaire; d) les dépenses de production, de distribution ou d’approvisionnement en électricité.

« J’ai vu l’histoire (rapportée dans les médias) et c’est bien que vous l’avez soulevée. Ma lecture de cette histoire était légèrement différente; si vous regardez la mise en garde ou l’annonce du marché que nous avons faite, nous avons dit que l’ERB allait de l’avant, prescrirait un tarif, ce qui équivaut à 30 p. 100 de notre tarif standard. N’oubliez pas qu’il s’agit d’une question qui a été devant la Haute Cour, que l’ERB et le gouvernement ont perdu parce que ce que l’ERB a fait dans la définition des tarifs, il y a un article en vertu de la Loi, qui prévoit comment vous pouvez facturer un tarif. Mais l’ERB, dans le cas de la CEC quand ils ont essayé de diriger un tarif, ils sont allés à leur base de données et ont dit: « Oh, nous avons choisi dans la base de données quelqu’un dans le Southern African Power Pool (SAPP) ce tarif, donc c’est ce que nous choisissons ... Maintenant, en vertu de la loi, ils ne sont pas autorisés à utiliser une base de données; c’est comme si je dis simplement... 'Vous vendez du maïs ici, dans ma base de données quelqu’un au Rwanda vendait du maïs à ce prix donc je vous donne ce prix.' Mais idéalement, que se passerait-il si vous calculez le prix du maïs dans l’exemple que j’ai donné, vous devriez examiner les coûts des intrants pour la Zambie parce qu’il coûte différemment de dire, le Rwanda », a déclaré Mukuka.

Pendant ce temps, les efforts pour se rendre à KCM Liquidator provisoire Milingo Lungu pour commenter l’état du calendrier de paiement du géant minier à la CEC s’est avéré futile que son téléphone est resté sans réponse par le temps de presse.

KCM a été réorganisée et restructurée en deux filiales, à savoir KCM SmeltorCo Limited et Konkola Mineral Resources Limited, qui sont entrées en vigueur le 1er février 2021, dans le but d’accroître l’efficacité, de favoriser l’optimisation et de stimuler les occasions d’affaires.

Toutefois, la société mère de la société minière, Vedanta Resources, avait averti à la suite de sa perte dans un procès où elle a poursuivi Milingo sur la scission des sociétés que le déménagement aurait de graves conséquences financières pour l’État.

En mars de cette année, KCM a annoncé que la première tranche des indemnités de licenciement du personnel dues aux employés, qui étaient passé à la nouvelle SmeltorCo Limited et Konkola Mineral Resources Limited, a été versée le 25 mars avant la date initialement prévue du 31 mars