Glencore bénéficiera plus que ZCCM-IH de l'accord Mopani

<<

w@z@

Membre d'honneur

Messages: 329

Inscription: Jeu 3 Sep 2009 07:05

Message Mer 27 Jan 2021 12:17

Glencore bénéficiera plus que ZCCM-IH de l'accord Mopani

Glencore bénéficiera plus que ZCCM-IH de l'accord Mopani.


GLENCORE Plc a transmis tous les risques techniques et de marché à ZCCM-IH à la suite de la vente de sa participation majoritaire dans Mopani Copper Mines (MCM), une décision qui signifie que le premier bénéficiera plus que le gouvernement, indique le Centre for Trade Policy and Development.

Et le CTPD dit que le gouvernement n’a été contraint d’accepter l’accord de prêt de Glencore pour acquérir Mopani en raison de la menace de pertes massives d’emplois en une année électorale.

Dans un communiqué, lundi, Webby Banda, chercheur principal du CTPD pour le secteur des industries extractives, a observé que le négociant suisse en matières premières avait bénéficié plus que la Zambie en vendant sa participation de 90 % dans Mopani à ZCCM-IH.

« Il est clair que Glencore s’est emprunté de l’argent pour les opérations de MCM. Il est important de souligner que les entreprises multinationales s’empruntent de l’argent pour esquiver les paiements d’impôts. Cela se traduit par de graves fuites de revenus dans le secteur minier. La question immédiate qui reste sans réponse est la valeur du prêt. Dans quelle mesure le gouvernement est-il convaincu que ce prêt n’a pas été trop cher au profit de Glencore? Le gouvernement a-t-il fait preuve d’une diligence raisonnable financière complète pour déterminer la valeur réelle de ce prêt? Une autre question à laquelle il faut répondre est de savoir si cette approche de l’évaluation minière (qui semble être une approche de coût) est la meilleure lors de l’évaluation des propriétés de production comme MCM? La méthode la plus connue pour évaluer les propriétés de production est l’approche du revenu, en particulier en utilisant une analyse des flux de trésorerie actualisé (DCF) », a déclaré Banda en réponse à une question de presse.

« En examinant les détails sommaires de cet accord, on peut conclure sans risque que Glencore a transmis tous les risques techniques et de marché à ZCCM-IH et qu’il doit bénéficier de la position docile et sans risque du service de la dette par ZCCM-IH et de l’opportunité d’arbitrage découlant de l’achat de droits sur la production de cuivre. La tendance à la sous-évaluation et à la surévaluation des actifs miniers se poursuivra à perpétuité si le pays ne fabrique pas son propre Code d’évaluation des actifs miniers. Il ne s’agit pas de réinventer la roue parce que le gouvernement peut facilement peaufiner et adopter l’un des codes internationaux et l’adopter dans la loi. Lorsque cela sera fait, le pays aura une ligne directrice appropriée sur l’évaluation des actifs miniers. C’est une question que le CTPD défend depuis quelques années.

Banda a également averti que le Fonds monétaire international (FMI), entre autres créanciers, surveillait l’évolution du processus de négociation en cours pour le plan de sauvetage dont la Zambie avait tant besoin.

« Il n’est toujours pas clair si les intérêts et le paiement du capital sont fondés sur une production de 10, 90 ou 100 p. 100. En outre, il n’est toujours pas clair ce qui se passe lorsque ZCCM-IH fait défaut dans le service du capital et les montants d’intérêt. Glencore reprend-il une partie des actifs de la mine? Quelles sont les pénalités convenues, le cas échéant? Le montant principal sera-t-il versé sur une base trimestrielle ou annuelle? Toutefois, d’après le mécanisme de service des prêts, il semble que le processus de paiement sera libre-service par l’actif minier, ce qui n’exercera pas de pression sur les coffres nationaux », a-t-il noté.

« Répondre à la question de savoir si cela sera durable ou non, eh bien, cela dépend du volume de production et du cycle de prix du cuivre au cours de la période convenue de paiement du prêt. Nous devons apprécier le fait que la dette est sur les livres ZCCM-IH et non pas le ministère des Finances. Cela étant, cela signifie que la dette doit être entièrement desservie par ZCCM-IH et non pas les recettes fiscales provenant des coffres de l’État. Toutefois, je suis d’avis que le FMI et d’autres créanciers surveilleront de près cette évolution dans le processus de négociation d’un plan de sauvetage.

Et il a déclaré que le gouvernement n’a été contraint d’accepter l’accord de prêt de Glencore pour acquérir Mopani en raison de la menace de pertes massives d’emplois avant le jour du scrutin.

« L’idée que la Zambie s’approprie stratégiquement des biens nationaux tels que les mines est importante. Au moins, il établit une référence pour l’exploitation d’autres mines. Cependant, nous devons apprécier le fait que chaque projet minier est unique avec des profils de coûts et de production différents, des caractéristiques techniques et de la technologie. En ce qui concerne la gestion technique des mines, la Zambie dispose d’une importante base de technocrates pour soutenir cela. Toutefois, la plupart des projets commerciaux gérés par l’État échouent en raison d’une mauvaise gestion découlant de l’ingérence politique, des inefficacités et de la corruption. Tout comme à l’époque de la nationalisation, l’État n’a pas réussi à maintenir les mines à flot en raison d’un manque de recapitalisation découlant d’une mauvaise gestion. Toutefois, il faut mentionner que la baisse des prix du cuivre a également eu un grand effet », a déclaré M. Banda.

« Compte tenu des circonstances dans lesquelles l’entente a été négociée, il était inévitable, compte tenu de la menace faite par Glencore de placer la mine en entretien et en entretien. Cela aurait pu entraîner la perte de plus de 15 000 emplois, ce qui aurait pu par la suite avoir des répercussions sur d’autres entreprises liées à l’exploitation minière. Étant donné qu’il s’agit d’une année électorale, le gouvernement ne pouvait pas échanger les pertes d’emplois avec soin et entretien. À l’avenir, nous ne pouvons qu’espérer et faire confiance au fait que le gouvernement gère l’actif du MCM dans le meilleur intérêt de la population. Cela devrait s’orienter vers la réduction de la pauvreté, qui peut être réalisée par le biais de cadres politiques comme le contenu local. Nous espérons en outre que la mine sera exempte d’ingérence politique et de corruption. Nous espérons également que des géologues formés et compétents, des ingénieurs miniers, des ingénieurs métallurgiques et d’autres personnes qualifiées seront à la tête du processus de gestion.

La semaine dernière, le ministre des Mines Richard Musukwa a révélé que MCM devait des prêts d’un montant de 4,8 milliards de dollars américains de Glencore (Bermudes), Glencore International et Carlisa.

Mais il a ajouté que le prêt de 4,8 milliards de dollars américains détenu par MCM avait été accepté d’être réduit à 1,5 milliard de dollars EU et serait remboursé entre 10 et 17 ans selon les prix du cuivre sur le marché international.
<<

mbury

Messages: 1497

Inscription: Sam 19 Sep 2009 09:49

Localisation: Nord de l'Alsace, dans le Parc Régional des Vosges du nord

Message Mer 27 Jan 2021 16:10

Re: Glencore bénéficiera plus que ZCCM-IH de l'accord Mopani

w@z@ a écrit:Glencore bénéficiera plus que ZCCM-IH de l'accord Mopani.


GLENCORE Plc a transmis tous les risques techniques et de marché à ZCCM-IH à la suite de la vente de sa participation majoritaire dans Mopani Copper Mines (MCM), unel.


Plusieurs points importants, susceptibles de ruiner ZCCM-IH, sont mis en avant par cet organisme, tout cela pour des raisons électorales!
<<

LesCrozes

Avatar de l’utilisateur

Membre d'honneur

Messages: 5020

Inscription: Jeu 14 Mai 2009 16:23

Message Mer 27 Jan 2021 19:40

Re: Glencore bénéficiera plus que ZCCM-IH de l'accord Mopani

Cet article fait partie des très nombreux articles stupides qui fleurissent actuellement.
La décision est politique, les opposants sont politiques, la plupart des acteurs n'ont rien compris au deal, c'est navrant.
Ce deal est une véritable opportunité pour ZCCM-IH.
Ce que l'on conçoit bien, s'énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément. BOILEAU
<<

Laf1986

Messages: 4067

Inscription: Jeu 30 Juil 2009 19:54

Message Mer 27 Jan 2021 19:59

Re: Glencore bénéficiera plus que ZCCM-IH de l'accord Mopani

Faut que zccm Fasse tourner et communique sur surtout chiffres prochains mois ca les calmera
<<

w@z@

Membre d'honneur

Messages: 329

Inscription: Jeu 3 Sep 2009 07:05

Message Jeu 28 Jan 2021 00:24

Re: Glencore bénéficiera plus que ZCCM-IH de l'accord Mopani

Je ne partage pas du tout vos avis sur le contenu de cet article.

Juste une phrase maladroite : "Et le CTPD dit que le gouvernement n’a été contraint d’accepter l’accord de prêt de Glencore pour acquérir Mopani en raison de la menace de pertes massives d’emplois en une année électorale", rien d'autre.
Le CTPD ne peut en aucun cas être accusé de jouer pour Lungu, vous vous méprenez gravement.

Mopani a fait une bonne affaire : 1.50 milliards sans risque pour un prix d'acquisition de quelques millions en 2000, sans compter le CU vendu à perte à Glencore pendant plus de 20 ans.
De mémoire, y avait aussi une histoire d'impôts, pertes reportables sur 20 ans ou 25 ans avec pas de changement de fiscalité possible, royalties en dessous de 3%, ect ..

Je souhaite que ZCCM réussisse cette fois, je ne veux plus être privatisé et vendu au rabais.
<<

w@z@

Membre d'honneur

Messages: 329

Inscription: Jeu 3 Sep 2009 07:05

Message Jeu 28 Jan 2021 10:08

Re: Glencore bénéficiera plus que ZCCM-IH de l'accord Mopani

Deux mines pour un seul dollar
En pleine crise de la dette, la Zambie achète deux mines à Glencore. Nous verrons si le pays a conclu un bon accord avec cela - dont les détails suscitent en tout cas un grand scepticisme parmi la population.

Par Rita Kesselring

Depuis des mois, les villes minières zambiennes de Kitwe et Mufulira attendaient l’issue des « Restruction Discussions ». C’est sous ce nom que se sont déroulées les négociations menées par le gouvernement zambien avec Glencore sur l’avenir des deux mines de Mopani qui exploitent le cuivre et le cobalt.

La situation est tendue: en tant que propriétaire principal, Glencore a arrêté la production sans prévenir en avril dernier. Le groupe a justifié cette décision par la coronapandemie et son impact sur les chaînes d’approvisionnement mondiales, et les familles de 15 000 mineures ont été touchées par la décision. La réaction du gouvernement a été remarquable: le PDG australien de Mopani a été empêché à l’aéroport de quitter le pays. Certes, le groupe a recommencé à fonctionner - mais seulement pour la réintégrer à l’expiration du délai légal de 90 jours.

De telles luttes de pouvoir, qui se déroulent en fin de compte sur le dos des travailleurs, ont souvent eu lieu depuis l’acquisition des mines par Glencore il y a vingt ans. La plupart du temps, l’État zambien a perdu. Mais le dernier échange de coups était différent: le gouvernement s’est fait plus confiant. Et la semaine dernière, lors d’une conférence de presse, le ministre des Mines, Richard Mousukwa, a annoncé l’achat des mines de Mopani par l’entreprise publique ZCCM-IH. Les représentants syndicaux l’ont félicité, ainsi que le président Zambien, Edgar Lungu.

En fait, beaucoup de Zambiens souhaiteraient une plus grande participation de l’État dans l’industrie minière. L’accord est néanmoins accueilli avec scepticisme - la politique de Lungus est opaque depuis son entrée en fonction il y a six ans. Après tout, une chose est désormais claire : lors des élections d’août, il veut se présenter pour un troisième mandat anticonstitutionnel. Depuis longtemps déjà, la répression contre l’opposition et les critiques s’intensifie dans le pays.

Ce n’est pas le moins du côté de la crainte, ces derniers jours, que Glencore ait fait le meilleur accord en déversant les mines de Mopani. Ils se voient confirmés dans les conditions de vente connues du public: le prix de vente n’est que d’un dollar, mais ZCCM-IH reprend en même temps une partie de la dette accumulée par les mines auprès de Carlisa et d’autres filiales de Glencore: 1,5 milliard de dollars. Le remboursement de la dette doit être effectué en partie à partir des participations au chiffre d’affaires. Et jusqu’à ce que la dette soit remboursée, Glencore reste la seule cliente du cuivre et du cobalt extraits. Le ministre des Mines de Zambie estime que le remboursement sera réalisé dans dix à dix-sept ans, en fonction de l’évolution du prix du cuivre.

L’Etat est en fait en faillite
La Zambie était en position de faiblesse dans les négociations: depuis la dernière annulation de la dette en 2005, elle a de nouveau accumulé près de 12 milliards de dollars de dette extérieure. Beaucoup de projets d’infrastructure; D’une autre partie, les experts zambiens pensent qu’il a fini dans les poches de politiciens et d’hommes d’affaires. En raison des paiements d’intérêts sur la dette publique, le déficit public n’a cessé d’augmenter et les dépenses de santé et d’éducation ont été de moins en moins disponibles.

L’année dernière, la Zambie a certes obtenu un report du remboursement de la dette des pays du G20; En revanche, les créanciers privés, les principaux créanciers, ont refusé un report de paiement de six mois en septembre. UBS était également membre du comité de négociation. Jusqu’à présent, la Zambie n’a pas officiellement annoncé la faillite de l’État, mais elle s’est en fait produite. Il frappe particulièrement durement les dix-huit millions de Sambiers à l’heure actuelle: la chute du cours de la monnaie nationale et la réduction des services publics coïncident avec une récente augmentation rapide du nombre de cas de corona.

Avec l’achat des mines de Mopani, la Zambie se charge d’abord de dettes supplémentaires - non pas d’un créancier classique, mais de l’ancienne propriétaire Glencore. Cela correspond à une tendance : de plus en plus de grands commerçants, dont beaucoup ont leur siège en Suisse, accordent des prêts à des États qui s’en portent garants avec des ressources nationales. La question de savoir si l’accord sera finalement rentable pour la Zambie dépendra de plusieurs facteurs: les investissements réels dans les mines sont-ils à l’origine de la dette que la Zambie prend en charge ou sont-ils dus à des transferts de bénéfices entre les différentes filiales ? Les attentes en matière de chiffre d’affaires et de bénéfices futurs de Mopani sont-elles réalistes ? Enfin, que se passe-t-il en cas d’insolvabilité ?

Le pied reste dans la porte
La crainte est grande que la dépendance de la Zambie vis-à-vis des entreprises privées ne diminue pas avec l’achat de mines. Ce serait là l’objectif de ce que l’on appelle le deuxième nationalisme des ressources, qui est de plus en plus poursuivi en réponse aux événements décevants qui se sont passés depuis la libéralisation des années 90 en Zambie et dans les pays voisins. Il ne s’agit pas nécessairement de la nationalisation du secteur minier, mais d’une augmentation des recettes fiscales, d’une réglementation plus stricte et d’une plus grande participation de l’industrie minière par l’État, ainsi que de mesures permettant une plus grande part des bénéfices des chaînes de valeur mondiales.

Selon le ministre des Mines Musukwa, l’acquisition des mines de Mopani sera bientôt suivie de la prochaine étape, à savoir la recherche de partenaires d’investissement afin d’augmenter rapidement de manière significative la production de cuivre. Le gouvernement est en pourparlers avec d’éventuels partenaires d’Afrique du Sud, de Turquie, de Grande-Bretagne, du Canada, de Chine et du Qatar. La Zambie a choisi une autre mine, également dans la province de Copperbelt. Les mines les plus rentables de Zambie se trouvent dans une autre partie du pays. Au cours de l’année électorale, on peut soupçonner que le calcul politique a été déterminant : les voix de la région de Copperbelt sont durement contestées et décisives pour le résultat des élections.

Pour Glencore, d’un autre côté, l’accord en vaut la peine. Depuis le retrait partiel du Congo et de la Tanzanie, la stratégie du groupe de quitter progressivement les régions minières d’Afrique centrale se dessine. Au moins au premier abord: le multi reste un acteur important en tant que négociant en cuivre, créancier et propriétaire majoritaire des entreprises de transport.

En revanche, les mines de Mopani étaient devenues un véritable fardeau en raison d’événements structurels. Ils sont à forte intensité d’investissement, disposent d’une infrastructure ancienne et peu de possibilités d’automatisation. En raison de leur forte pollution et de graves failles de sécurité pour les travailleurs, ils ont été soumis depuis des années à la pression politique des résidents et des ONG. Glencore n’a cessé de s’expliquer, que ce soit en raison d’émissions excessives de dioxyde de soufre, de pollution de l’eau et du sol dans les communautés résidentielles voisines ou de pratiques fiscales illégales. Une question centrale est donc de savoir qui assumera la responsabilité des dommages que Glencore laisse derrière lui. Et la crainte est grande que l’État zambien soit aussi insouciant que Glencore, parce qu’il doit avant tout rembourser sa dette.

Rita Kesselring est une ethnologue diplômée de l’Université de Bâle et membre de la campagne d’excuses et de compensations en Afrique australe (Keesa).
<<

w@z@

Membre d'honneur

Messages: 329

Inscription: Jeu 3 Sep 2009 07:05

Message Jeu 28 Jan 2021 10:14

Re: Glencore bénéficiera plus que ZCCM-IH de l'accord Mopani

Rappel des pratiques de Glencore :

Le cas du système Glencore
vendredi 8 avril 2011 Mis à jour le 5 janvier 2017

Comment l’exploitation du cuivre en Zambie ne rapporte pas un sou au budget de l’Etat

Le « système » Glencore : mode d’emploi du « parfait » pilleur

Selon l’administration fiscale zambienne, seule une entreprise minière sur les 12 paie des impôts sur les bénéfices : elles seraient étonnamment quasiment toutes déficitaires depuis des années... Au total, le secteur minier (paiements des seules entreprises) ne contribue ainsi qu’à 4% du total des revenus fiscaux perçus par le gouvernement .

Basé en Suisse (paradis fiscal), Glencore est l’un des plus grands fournisseurs de matières premières au monde, avec des exploitations dans 30 pays. Or cette multinationale a soigneusement organisé le pillage des ressources minières de la Zambie via sa filiale Mopani Copper Mine (MCM), un important producteur de cuivre et de cobalt ayant deux sites miniers différents à Nkana et à Mufulira. Le MCM exploite en effet à sa guise les ressources zambiennes, engrange d’énormes bénéfices, et cela sans payer (ou très peu) d’impôts. Effectivement, d’après l’administration fiscale zambienne, l’entreprise n’a jamais déclaré de profit imposable depuis 10 ans. En d’autres termes la filiale combine une pression fiscale très basse à des pratiques d’évasion et de fraude fiscales.

Des exemptions fiscales avantageuses….

La fiscalité réelle du secteur minier en Zambie est proche de zéro en vertu de différentes dispositions fiscales et contractuelles , comme le reconnaît une étude de la Banque mondiale en 2004 :
- MCM a négocié des accords avec le gouvernement zambien qui lui garantissent un taux de royalties de 0,6%( au lieu de 3%), un taux d’imposition sur les bénéfices de 25% contre 35% ainsi que différentes exemptions fiscales (sur les importations de matériel).
- Ces accords prévoient même une « période de stabilité » de 20 ans durant laquelle, les dispositions environnementales, sociales et fiscales particulières négociées par l’entreprise ne peuvent pas être remises en cause par aucune nouvelle législation .

…associées à des pratiques d’évasion et fraude fiscales

Deux cabinets d’audit ont mis en évidence les manipulations comptables de MCM pour diminuer artificiellement ses bénéfices afin de ne pas payer les impôts dus au fisc zambien :
- entre 2005 et 2007, l’entreprise déclare 380 millions de dollars de coûts opérationnels, qui sont inexplicables, pour réduire sa charge fiscale
- en sous-déclarant sa production (inconsistances dans les volumes de production déclarés par MCM) l’entreprise sous estime sa capacité de vente et donc de bénéfice.
- en pratiquant la manipulation des prix de transfert, MCM rapatrie ses profits en Suisse et ainsi de se déclarer à pertes en Zambie : L’entreprise vend le cuivre et le cobalt à Glencore, enregistré dans le canton de Zoug en Suisse, à des prix nettement plus bas que ceux du marché international.
<<

w@z@

Membre d'honneur

Messages: 329

Inscription: Jeu 3 Sep 2009 07:05

Message Jeu 28 Jan 2021 10:27

Re: Glencore bénéficiera plus que ZCCM-IH de l'accord Mopani

Le CTPD en action il y a quelques années, pas des pro-Lungu !
Fichiers joints
Dossier presse Mopani VF.pdf
(564.91 Kio) Téléchargé 35 fois
<<

w@z@

Membre d'honneur

Messages: 329

Inscription: Jeu 3 Sep 2009 07:05

Message Jeu 28 Jan 2021 10:31

Glencore-Mopani, rappel du contexte en 2010 :

Rappel dans .pdf ci-joint :

La taille du fichier joint est trop grande, la taille maximale de chargement est de 2 Mo.
Notez que ce paramètre se trouve dans php.ini et ne peut pas être outrepassé.


=> https://issuu.com/amisdelaterre/docs/rapportmopani
<<

w@z@

Membre d'honneur

Messages: 329

Inscription: Jeu 3 Sep 2009 07:05

Message Ven 29 Jan 2021 14:26

Mopani devrait atteindre 150000 tonnes de cuivre / an après

Mopani devrait atteindre 150000 tonnes de cuivre / an après le rachat de ZCCM-IH.


Le ministre du Développement des MINES et des Minéraux, Richard Musukwa, affirme que Mopani Copper Mines devrait maintenant atteindre 150 000 tonnes de production de cuivre par année à la suite du rachat de Glencore Plc par ZCCM-IH.

Et M. Musukwa indique qu’une recherche intensive du partenaire stratégique de ZCCM-IH pour diriger Mopani est en cours, le gouvernement ayant déjà reçu des manifestations d’intérêt de la part d’entreprises d’au moins six pays.

S’exprimant au Parlement, mercredi, Musukwa a annoncé que Mopani devait maintenant produire 150 000 tonnes de cuivre par an.

« Le gouvernement et ZCCM-IH sont envisagés pour s’assurer que nous avons un retournement immédiat des processus à Mopani. La clé de ce retournement immédiat est de s’assurer que toutes les facettes, qui favorisent la production, toutes les opérations associées commencent à fonctionner. Bref, lorsque le Synclinorium, l’Anderson Shaft et le Mindola Shaft seront tous sychonorisés pour commencer à fonctionner, la croissance de la production de plus de 150 000 tonnes métriques par an sera atteinte. Je suis sûr que nos technocrates de ZCCM-IH et de Mopani seront en mesure de fournir cette vitesse en termes de réalisation du rêve zambien », a déclaré Musukwa.

« La plus grande responsabilité que la mine a eue a à voir avec le démantèlement de la dette envers les entrepreneurs et les fournisseurs. C’est là que nous avons eu un défi. Mais si vous regardez le profil Mopani et le profil d’autres entités, Mopani était en fait le meilleur fournisseur d’entrepreneur. Le plus grand défi dont nos gens se plaignent à ce sujet a été l’offre d’emploi et l’approvisionnement de nos entrepreneurs et fournitures locaux, ce qui a été fortement fait par les étrangers. L’énorme responsabilité, qui a effectivement augmenté le coût de faire des affaires à Mopani, a été le paiement à des entrepreneurs étrangers par opposition aux entrepreneurs locaux. C’est ce qui a augmenté le coût d’exploitation de plus de 7 000 $ US par tonne métrique. Pour nous, cela n’avait pas de sens, c’est pourquoi le gouvernement a utilisé la gestion intérimaire de Mopani pour faire une analyse des coûts et s’assurer que nous réduisions l’endettement.

Et Musukwa a déclaré que la recherche du partenaire stratégique de ZCCM-IH pour diriger Mopani était en cours.

« Les engagements pour attirer un partenaire stratégique ont déjà commencé et n’ont pas encore été finalisés. Parmi les entreprises qui ont manifesté leur intérêt, mentionnons, entre autres, la Turquie, le Canada, le Royaume-Uni, les États-Unis, la Chine, le Qatar et l’Afrique du Sud. On s’attend à ce que le partenaire d’actions stratégiques aide à accélérer la production en complétant les projets d’expansion suivants pour un total de 300 millions de dollars AMÉRICAINS; Kitwe Synclinorium Shaft, qui est à 95 pour cent avec l’arbre, l’arbre de ventilation et le système de manutention déjà en place. (2) Arbre Mindola – le MSV est à 30 pour cent d’achèvement avec seulement le reaming arbre fait, mais tous les composants nécessaires ont déjà été achetés et sur place. (3) Puits Mufulira Henderson – le projet d’expansion à Mufulira est terminé à 70 p. 100 avec l’arbre, l’arbre de ventilation et un système temporaire de manutention du minerai mis en place. 4) Concentrateur Synclinorium à Kitwe est à 99 pour cent d’achèvement et attend la mise en service », a déclaré Musukwa.

« La nouvelle infrastructure et la remise en état d’anciennes infrastructures prolongeront la durée de vie des mines de cuivre de Mopani de 20 à 35 ans, en plus d’augmenter d’environ 40 % la production annuelle de cuivre propre de Mopani. L’augmentation de la production permettra non seulement de rembourser le prêt beaucoup plus rapidement, mais aussi d’emploi d’un plus grand nombre de personnes à la mine. De plus, le gouvernement veillera à ce que les mesures de cessation d’emploi soient versées à tous les travailleurs avant qu’ils ne soient réemagés dans le cadre du nouveau cadre de la deuxième phase. Je tiens à assurer que depuis longtemps, Mopani a affiché environ 30.000 tonnes, les chiffres actuels que Mopani a produit avec ce défi COVID-19 est de plus de 34.000 tonnes métriques. Pour nous, nous voyons qu’il s’agit d’une trajectoire positive. En fait, notre équipe de négociation parmi les questions critiques quand ils sont revenus à la dernière instance avant de conclure, c’est que Glencore demandait ce qui a changé des équipes de Mopani qu’ils ont commencé à produire mieux qu’ils ne l’étaient autour. Pour moi, les Zambiens ont été à la hauteur parce qu’ils savent que c’est leur survie.
Suivante

Retourner vers About Mopani - Glencore

Powered by phpBB - Designed by Vjacheslav Trushkin for Free Forums/DivisionCore - Traduction par: phpBB-fr.com