Les ventes de CEC en RDC en hausse de 25 % :

<<

w@z@

Membre d'honneur

Messages: 192

Inscription: Jeu 3 Sep 2009 07:05

Message Mar 15 Sep 2020 10:16

Les ventes de CEC en RDC en hausse de 25 % :

Les volumes de ventes de CEC sur le marché de la RDC en hausse de 25 %
15 septembre 2020

COPPERBELT Energy Corporation Plc (CEC) a révélé qu’elle a continué à développer ses activités en République démocratique du Congo (RDC), ce qui a entraîné une augmentation du volume des ventes de 25 % en 2019 malgré une pression accrue sur ses marges.

Passant en revue la performance de la Société l’an dernier dans le rapport annuel 2019 très retardé de l’entreprise, le directeur général Owen Silavwe a déclaré que les activités de CEC sur le marché de la RDC avaient continué de croître chaque année, alors que la Société répond à la demande croissante de clients miniers dans ce pays.

« Notre activité sur le marché de la RDC, où nous travaillons en étroite collaboration avec notre partenaire, SNEL, l’entreprise publique, a continué de croître d’année en année, alors que nous répondons à la demande croissante de clients miniers dans ce pays. Avec notre bureau local bien établi, nous avons continué à intensifier nos activités de marketing », a écrit Silavwe dans le rapport annuel 2019 de la CEC publié la semaine dernière.

« Nous avons également travaillé à améliorer notre compréhension du paysage du marché. Notre volume de ventes pour l’année a augmenté de 25 pour cent, même si nous avons constaté une pression accrue sur les marges en raison de facteurs, tels que les contraintes de trajectoire de transmission artificielle en Zambie, qui ont affecté les prix globaux. Nous continuons de travailler à résoudre certains des défis de la voie de transmission auxquelles l’entreprise est confrontée.

Et Silavwe a déclaré que pour éviter d’affecter gravement la viabilité commerciale de l’entreprise, il était nécessaire de résoudre rapidement les défis entourant l’instrument statutaire (SI) numéro 57 de 2020, qui a fait de l’entreprise de transport et de distribution transporteur commun, tandis que CEC était encore bloqué d’accéder à l’infrastructure électrique de Zesco.

"... Cette action [promulgation de l’IS 57] a été immédiatement suivie le 31 mai 2020 par une décision de l’ERB [Energy Regulation Board] déclarant un tarif de transmission provisoire pour l’utilisation du réseau DEC, qui est d’environ trente points de pourcentage du tarif de transmission normal de la CEC. La Société est d’avis que la combinaison des actions du ministre de l’Énergie [Mathew Nkhuwa] et de l’ERB a pour effet de retirer les droits de propriété et commerciaux de la Société, qui, s’ils ne sont pas redressés, peuvent, à moyen terme, affecter grossièrement la viabilité de la Société », a ajouté M. Silavwe.

« Il ne fait aucun doute que le gouvernement et la BEB ont pris des mesures pour aider KCM à continuer de recevoir des services de la CEC sans s’actailler ses obligations de paiement. Cela a pour effet supplémentaire de permettre à l’entreprise publique Zesco d’accéder à l’infrastructure de la CEC à des taux très sous-économiques. Il convient de noter que, bien que les lignes de transport et de distribution de la CEC aient été déclarées transporteurs communs, les infrastructures nationales d’État exploitées par Zesco n’ont pas été déclarées transporteurs communs et Zesco continue de bloquer l’accès de la CEC à ses infrastructures – une question qui n’a toujours pas été résolue malgré le fait qu’elle ait été portée à l’attention du ministre de l’Énergie à plusieurs reprises.

Des informations récentes du ministère de l’Énergie indiquent que le Ministère examinait toujours l’infrastructure de transport et de distribution de Zesco, qui pourrait être considérée comme un transporteur commun.

Selon la secrétaire permanente par intérim du ministère de l’Énergie, Sandra Ndhlovu, le processus d’examen était en cours en septembre 2020, mais devrait être terminé prochainement.

Et Silavwe a déclaré que l’échec de KCM à régler sa facture d’électricité impayée de 144,7 millions de dollars américains à la CEC a réduit les bénéfices de la compagnie d’électricité de 78 pour cent l’an dernier.

« Le non-paiement de notre plus grand client, KCM, a constitué le plus grand risque pour la performance financière de la Société au cours de l’exercice. À la suite de l’action intentée par la ZCCM-IH devant la Haute Cour de Zambie pour entamer la procédure de liquidation de KCM, suivie de la nomination du liquidateur provisoire, KCM a eu du mal à payer ses factures d’électricité. Cela a entraîné une accumulation importante d’arriérés. Les dépréciations consécutives dues à l’accumulation de la dette de KCM ont eu une incidence négative sur les résultats financiers annuels de la Société », a révélé Silavwe.

Il a ajouté que le chiffre d’affaires total a diminué de 3 %, passant d’environ 421,0 millions de dollars EU en 2018 à environ 408,0 millions de dollars EU en 2019, principalement en raison d’une réduction de 8 % de la demande des clients miniers en Zambie, tandis que les services nationaux de roulage aux consommateurs non miniers ont également diminué de sept pour cent d’une année sur l’autre.

« Le bénéfice après impôts s’est chiffre à environ 12,3 millions $US, comparativement à 55,9 millions $US en 2018, ce qui représente une baisse annuelle de 78 %. Il y a eu une augmentation de 53,3 millions de dollars américains de la provision pour dépréciation nette, rendue nécessaire par la contestation du défaut de paiement de la KCM.

Pendant ce temps, Silavwe a révélé que la demande globale d’énergie des sociétés minières a considérablement diminué l’an dernier, principalement induite par le régime fiscal minier de 2019, combinée aux défis opérationnels de KCM suite à la nomination de son liquidateur provisoire en mai de l’année dernière.

« Nos clients consommaient environ 13 % moins d’énergie à 3 206 GWh, comparativement à 3 673 GWh en 2018. Cela est attribuable aux défis opérationnels que certains de nos clients ont connus, déclenchés par des facteurs non liés, notamment le retard dans l’adaptation aux changements effectués dans le régime fiscal minier en 2019, la procédure de liquidation de KCM entamée par ZCCM-IH (l’un des actionnaires de la mine) et les pannes de fonderie prévues chez MCM [Mines de cuivre De Mopani] et KCM aux fins de la révision de l’usine », a-t-il déclaré.

Silavwe a toutefois déclaré que les perspectives d’un rebond de la demande d’énergie dans le secteur minier restaient solides.

« Fondamentalement, les perspectives d’un rebond de la demande à l’avenir demeurent bonnes à mesure que MCM retourne sa fonderie à l’exploitation commerciale et qu’un certain nombre d’expansions de ses clients et de nouveaux projets continuent d’accroître la demande au cours des trois à cinq prochaines années. Les principaux risques à la baisse pour la performance de la demande sont la liquidation de KCM, car l’incertitude demeure quant aux délais de résolution de l’impasse qui affecte l’entreprise et aux effets de la pandémie COVIDE-19, qui n’ont pas encore été pleinement compris », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que la CEC avait continué de collaborer avec le gouvernement et Zesco dans sa recherche d’une solution gagnant-gagnant aux arrangements contractuels à la suite de l’accord d’approvisionnement en vrac (ASB) périmé.

« La résolution de cette question contractuelle demeure une priorité absolue pour la Société, compte tenu de son importance, non seulement pour la CEC et Zesco, mais aussi pour l’économie zambienne dans son ensemble, car elle sous-tend la prestation de services à l’ensemble de la province de Copperbelt », a déclaré M. Silavwe.
<<

w@z@

Membre d'honneur

Messages: 192

Inscription: Jeu 3 Sep 2009 07:05

Message Mer 30 Sep 2020 13:27

Re: Les ventes de CEC en RDC en hausse de 25 % :

La Cour autorise la CEC à contester la décision de Nkhuwa de déclarer ses lignes de transport comme transporteur commun
Par Zondiwe Mbewe,
30 septembre 2020
TRIBUNAUX
Copperbelt Energy Corporation
La Cour d’appel a accordé à la Copperbelt Energy Corporation (CEC) l’autorisation d’engager une procédure de contrôle judiciaire devant la Haute Cour de Lusaka contre la décision du ministre de l’Énergie Matthew Nkhuwa de déclarer ses lignes de transport et de distribution comme transporteur commun.

Les juges de la Cour d’appel Mubanga Kondolo, Flavia Chishimba et Judy Zulu-Mulongoti ont ordonné que la procédure de contrôle judiciaire soit entendue devant un autre juge.

Le tribunal a toutefois refusé d’ordonner un sursis à l’exécution de la décision rendue dans l’attente d’une procédure de contrôle judiciaire.

En juin de cette année, le juge de la Haute Cour de Lusaka Mwape Bowa a refusé d’accorder à la CEC l’autorisation d’entamer une procédure de contrôle judiciaire pour contester ladite décision du ministre de l’Énergie.

La CEC avait demandé l’autorisation d’engager une procédure de contrôle judiciaire devant la Haute Cour de Lusaka contre la décision de Nkhuwa de déclarer ses lignes de transport et de distribution comme transporteur commun.

La CEC, qui a cité le procureur général et la Commission de régulation de l’énergie (ERB) comme intimés, demandait une déclaration selon laquelle la décision de Nkhuwa de déclarer ses lignes de transport et de distribution comme transporteur commun était illégale.

Elle voulait également contester la décision de la Commission de régulation de l’énergie du 31 mai 2020 de lui ordonner de facturer un tarif de 5,84 $US/kw/par mois.

La CEC souhaitait en outre une ordonnance d’annulation desdites décisions et une nouvelle ordonnance visant à empêcher Nkhuwa d’appliquer le SI no 57 de 2020, car elle était illégale.

Mais dans sa décision, le juge Bowa a refusé à la CEC l’autorisation d’entamer une procédure de contrôle judiciaire contre la décision de Nkhuwa et a ajouté que l’octroi à la CEC d’une ordonnance de suspension de la décision du ministre créerait deux décisions contradictoires de deux juges de la Haute Cour.

Il a toutefois déclaré que la CEC était libre de renouveler sa demande d’autorisation devant la Cour d’appel.

La CEC s’est ensuite adressée à la Cour d’appel par voie de renouvellement pour demander l’autorisation du tribunal d’engager une procédure de contrôle judiciaire qui a été refusée par la Haute Cour.

Et dans un jugement rendu par le juge Chishimba au nom des deux autres juges de la Cour d’appel, mardi, la Cour a déclaré qu’elle n’était pas à ce stade concernée par le bien-fondé de l’audience de fond du contrôle judiciaire réel ou de sa décision.

La Cour a dit qu’elle se préoccupait simplement de savoir si la CEC avait démontré au tribunal qu’elle avait une question défendable à régler à l’audience complète.

Le juge Chishimba a déclaré qu’il n’était pas en cause que les lignes de transport et de distribution de CEC aient été déclarées transporteurs communs et qu’ERB a imposé un tarif « temporel » avant que les parties puissent s’entendre.

« Le contexte de ce qui s’est passé avant la déclaration des lignes de la requérante (CEC) est indiqué plus tôt dans nos faits généraux dans le jugement et n’a pas besoin d’être rehashed sauf pour déclarer que KCM en liquidation devait et doit à la requérante une somme incontestée de plus de 144 millions de dollars EU. Une demande a été faite, suivie de l’intention de la requérante d’interrompre l’offre supplémentaire de la marchandise », a-t-elle déclaré.

La Cour a fait référence à une déclaration aux médias de la CEC datée du 29 mai 2020 selon laquelle elle cesserait à partir du 1er janvier 2020 de cesser l’approvisionnement en électricité de KCM en raison de l’encours de la dette de 132 millions de dollars EU, qui était prévue au 31 mai 2020 pour atteindre 143 millions de dollars EU.

« Le 29 mai 2020, si n°57 de 2020 a été publié par le ministre de l’Énergie, l’annexe stipulait que toutes les lignes de transport et de distribution exploitées par la CCE étaient déclarées transporteurs communs. Auparavant, certaines déclarations dans les médias auraient été faites ou attribuées au ministre de l’Énergie pour avertir le demandeur de ne pas débrancher l’approvisionnement de KCM », a déclaré le juge Chishimba.

Elle a dit que le tribunal était convaincu que la CEC avait atteint le seuil d’autorisation d’entamer une procédure de contrôle judiciaire.

Le juge Chishimba a déclaré qu’il semblait y avoir une preuve susceptible d’être susceptible d’être examinée de façon approfondie lors d’une audience de fond de la procédure de contrôle judiciaire visant à déterminer si les décisions assaillies avaient été effectivement ou procéduralement prises, ou rendues de mauvaise foi et pour des motifs inappropriés.

« Ous sommes d’avis que les documents consignés au dossier relativement à la demande renouvelée révèlent un cas défendable pouvant faire l’tien pour une enquête plus approfondie. Nous exerçons donc notre pouvoir discrétionnaire judiciaire en accordant au demandeur l’autorisation d’entamer une procédure de contrôle judiciaire devant le tribunal d’instance inférieure. Nous refusons toutefois d’ordonner un sursis à l’exécution de la décision prise dans l’attente d’une procédure de contrôle judiciaire », a-t-elle déclaré.

« Ayant accordé l’autorisation d’entamer une procédure de contrôle judiciaire, nous demandons donc que ladite procédure soit entendue devant un autre juge. Frais pour le demandeur d’être imposé en défaut de convention. »

Retourner vers About Copperbelt Energy Corporation CEC

cron
Powered by phpBB - Designed by Vjacheslav Trushkin for Free Forums/DivisionCore - Traduction par: phpBB-fr.com