LCM applies for stay in payment to creditors

<<

bingogo

Avatar de l’utilisateur

Administrateur du site

Messages: 4333

Inscription: Jeu 30 Juil 2009 16:48

Localisation: la seyne sur mer

Message Ven 4 Sep 2009 09:11

LCM applies for stay in payment to creditors

LCM applies for stay in payment to creditors
By CHARLES MUSONDA

LUANSHYA Copper Mines (LCM) Plc has appealed to the Supreme Court against the Lusaka High Court’s refusal to stay execution of judgement passed in favour of the mine’s creditors.

High Court Judge Prisca Nyambe refused to approve a credit scheme that LCM wanted to use in settling debts owed to creditors.

This is in a case in which LCM petitioned the High Court to approve the credit scheme in which the company wanted to use in settling the creditors’ claims in percentages as it allegedly did not have sufficient liquidity to settle the debts in full.

The petition revealed that LCM was indebted to several creditors and the aggregate debt stood at US$122,687 as at January 31, 2009, and the secured creditors’ amount stood at US$2,150,000.

On March 4, 2009, the court ordered LCM to convene a meeting for its creditors for purposes of considering the scheme and the court appointed LCM managing director Derek Webbstock to act as chairperson.

The meeting was held on April 6, 2009, and Mr Webbstock reported that a total of 84.8 per cent of the creditors voted for the scheme while 14.7 per cent voted against it.

Later on June 24, 2009, the court scheduled a hearing to approve or not approve the scheme, but LCM applied for an adjournment on grounds that documents from creditors had been received late and that the mining firm needed time to study them.

But some creditors present at the hearing raised concern regarding LCM’s conduct and said they had heard rumours that the mine had approached some creditors with offers to pay them certain sums of monies owed to them.

They felt that the assets, which were subject of the credit scheme, were also subject of the sale of the mine to a third party.

On June 25, 2009, High Court Judge Prisca Nyambe ordered that the scheme’s lifespan be extended until final determination of the matter.

In her judgment of July 30, 2009, Ms Justice Nyambe noted that for some inexplicable reasons, LCM chose to rip apart the scheme and contemptuously proceeded to sell the company’s assets to a third party.

“It is clear that the petitioner not only disregarded the court order, which was granted on 25th June, 2009, but also discarded the agreement reached by the petitioner (LCM) and the creditors on 6th April, 2009.

“Looking at the evidence in totality, it seems the company’s idea was simply to delay the hearing of the petition so that in the interim, the petitioner could make arrangements outside the scheme with some creditors to the detriment of others, contrary to the agreement at the court-sanctioned meeting,” Ms Justice Nyambe said.

She further noted that the commercial agreements concluded between LCM and some creditors were devised not to promote equity but to exploit the creditors who opposed the scheme and refused to conclude commercial agreements.

“I find the scheme is, therefore, unreasonable, unfair and the creditors who have opted to enter into commercial agreements with the petitioner have not done so to protect interests of their own class but rather to foster some extraneous interest,” she said.

After the judgment, LCM applied for a stay of execution pending appeal against the judgment to the Supreme Court.

But on August 7, 2009, Ms Justice Nyambe refused to stay the judgment on grounds that LCM could not be trusted to conduct itself within the law pending the appeal as evidenced by the company’s disregard of the June 25 order.
<<

bobded

Avatar de l’utilisateur

Messages: 2269

Inscription: Dim 30 Aoû 2009 21:22

Message Sam 12 Sep 2009 09:03

traduction

LCM s'applique pour un séjour dans le paiement aux créanciers
Par CHARLES MUSONDA

LUANSHYA Copper Mines (LCM) Plc a lancé un appel à la Cour suprême contre le refus de la Haute Cour de Lusaka à surseoir à l'exécution du jugement rendu en faveur des créanciers de la mine.

Haute Cour juge Prisca Nyambe refusé d'approuver un régime de crédit que LCM voulu utiliser dans le règlement des dettes dues aux créanciers.

Il s'agit dans un cas dans lequel LCM saisi la Haute Cour d'approuver le programme de crédit dans lequel la société voulait utiliser pour régler les réclamations des créanciers en pourcentages, car il n'aurait pas eu suffisamment de liquidités pour régler les dettes en totalité.

La pétition a révélé que la GCV était redevable à plusieurs créanciers et la dette totale s'élevait à 122.687 $ au 31 Janvier 2009, et le montant des créanciers garantis »s'élevait à 2,150,000 $.

Le 4 Mars 2009, le tribunal a ordonné LCM de convoquer une réunion de ses créanciers aux fins de l'examen du régime et le tribunal a désigné LCM directeur Derek Webbstock d'agir comme président.

La réunion s'est tenue le 6 avril 2009, et M. Webbstock indiquait qu'un total de 84,8 pour cent des créanciers ont voté pour le régime alors que 14,7 pour cent ont voté contre.

Plus tard, le 24 Juin 2009, le tribunal a programmé une audience pour approuver ou non le régime, mais LCM a demandé un ajournement au motif que les documents contre les créanciers avaient été reçus en retard et que la société minière a besoin de temps pour les étudier.

Mais certains créanciers présents à l'audience a suscité des inquiétudes concernant la conduite de LCM et déclaré qu'ils avaient entendu des rumeurs que la mine avait approché certains créanciers avec des offres à leur verser certaines sommes d'argent qui leur sont dus.

Ils ont estimé que les actifs, qui ont fait l'objet du programme de crédit, ont également été question de la vente de la mine à un tiers.

Le 25 Juin 2009, la Haute Cour juge Prisca Nyambe ordonné que la durée de vie du régime soit prorogé jusqu'à la détermination définitive de la question.

Dans son arrêt du 30 Juillet 2009, Mme Justice Nyambe noter que, pour des raisons inexplicables, LCM a choisi de déchirer le régime de mépris et procédé à la vente des actifs de l'entreprise à un tiers.

«Il est clair que le pétitionnaire a non seulement méconnu la décision de justice, qui a été accordée le 25 Juin 2009, mais a également écarté l'accord conclu par le pétitionnaire (GCV) et les créanciers, le 6 avril 2009.

"Au vu de la preuve dans sa totalité, il semble l'idée en question était simplement de retarder l'audition de la requête de sorte que dans l'intervalle, la requérante aurait pu prendre des dispositions en dehors du système avec certains créanciers au détriment des autres, contrairement à l'accord à sanctionnées par le tribunal de la réunion ", a déclaré Mme justice Nyambe.

Elle a en outre noté que les accords commerciaux conclus entre LCM et à certains créanciers ont été mis au point de ne pas promouvoir l'équité, mais d'exploiter les créanciers qui se sont opposés au régime et a refusé de conclure des accords commerciaux.

«Je trouve que le régime est, par conséquent, déraisonnable, injuste et les créanciers qui ont choisi de conclure des accords commerciaux avec le pétitionnaire, ne l'ont pas encore fait à protéger les intérêts de leur propre classe, mais plutôt pour favoriser certains intérêts étrangers, dit-elle.

Après le jugement, LCM a demandé un sursis d'exécution en attendant l'appel contre l'arrêt de la Cour suprême.

Mais le 7 août 2009, Mme Justice Nyambe refusé de surseoir à l'arrêt, au motif que LCM ne pouvait se fier à elle-même conduite au sein de la loi en attendant l'appel, comme en témoigne par l'indifférence de la société de l'ordonnance 25 Juin.

Retourner vers About Luanshya & Chambishi - CNMC

cron
Powered by phpBB - Designed by Vjacheslav Trushkin for Free Forums/DivisionCore - Traduction par: phpBB-fr.com